mercredi 1 juillet 2015

Proposition du "Beieprojet" au collège échevinal de Fischbach

Au collège échevinal,

Mesdames, Monsieur,

Vous n’êtes certainement pas sans savoir, sur un plan informel, que la CEQV réfléchit
depuis un certain temps à la promotion de l’apiculture dans le cadre de la commune de
Fischbach. Le souci écologique concernant les abeilles est certes d’ordre national, mais
l’action au niveau communal peut être plus efficace (think global, act local).

L’idée de base, sur laquelle la CEQV a travaillé, est la suivante. La commission a cherché à
identifier des sites appropriés permettant d’installer des ruches. L’opportunité a été analysée
dans une première phase avec des apiculteurs (les critères concernant les sites favorables
pour les ruches sont abondamment publiés dans la littérature spécialisée) avec, en plus,
l’aide de M. Olivier Molitor en ce qui concerne l’accessibilité des sites potentiels ainsi que
l’impact sur la gestion des forêts. M. Frank Daems et M. Molitor se sont partagés le travail
consistant à analyser les conditions de propriété et les positions éventuelles des
propriétaires quant à un tel projet. Cette démarche a été faite seulement de manière
informelle pour évaluer la faisabilité du projet. Il ne semble pas qu’il y ait des obstacles
majeurs de ce côté. Ce volet devra évidemment être officialisé ultérieurement si le projet
était réalisé.

Une deuxième démarche consisterait à faire ultérieurement la promotion du projet au niveau
d’apiculteurs déjà actifs pour savoir si certains d’entre eux seraient intéressés à installer des
ruches sur un ou plusieurs des sites proposés. Selon le nombre de candidats, un apiculteur
pourrait occuper plusieurs sites s’il y a moins de candidats que de sites proposés. Il faudra
cependant définir des critères d’attribution s’il y a plus de candidats que de sites proposés, à
moins d’essayer à ce moment de trouver d’autres sites. Mais cette dernière hypothèse
semble plutôt improbable.

De toute façon, nous proposons de travailler par élargissements concentriques pour cette
campagne de promotion: d’abord les personnes intéressées dans notre commune, puis les
personnes intéressées dans les communes avoisinantes, et enfin, en cas de besoin, une
promotion au niveau de la fédération luxembourgeoise des apiculteurs (Letzebuerger
Beienziichter, www.apis.lu), si cette fédération est d’accord à soutenir le projet.

Ce projet ne peut tenir la route que si les droits et obligations des apiculteurs et des
propriétaires sont bien définis. C’est pour cette raison que la commission a ajouté un projet
de convention à ce document. Il pourrait s’avérer utile que la commune fasse analyser ce
projet par un juriste afin de ne pas faire des erreurs éventuellement fatidiques.

Le souci immédiat est, pour des raisons écologiques, de multiplier dans les meilleurs délais
le nombre des ruches sur le territoire communal. Néanmoins, le projet ne devrait pas
s’arrêter à ce niveau. En effet, un premier souci consistera à sensibiliser la population aux
problèmes de l’apiculture, encore que les medias ne négligent actuellement pas ces aspects.
Dans ce sens, il semble évident que nos enfants, nos citoyens majeurs de demain, devraient
être impliqués en premier lieu dans un tel projet, avec l’aide de l’enseignement si ce dernier
est d’accord à s’investir. Le « Bongert » communal pourrait ainsi être un lieu idéal pour
installer des ruches de démonstration (voir exemple Hollenfels).

Bien que la commune avait déjà organisé une soirée / séminaire au sujet des abeilles avant
le lancement de ce projet, il semble opportun à la CEQV, de prévoir une autre soirée
d’information, en élargissant les sujets. Dans ce sens, une information objective devrait être
faite au niveau des pesticides en rapport avec les abeilles, que les acteurs concernés soient
des agriculteurs, des spécialistes-consultants en la matière ou des propriétaires privés de
terrains. Certaines publications récentes ont montré que la situation n’est pas aussi claire
(l’impact des agriculteurs au niveau des abeilles serait moins important que ne le laisseraient
croire certaines publications) et que d’autres facteurs jouent un rôle aussi important au
niveau de la survie des abeilles. On peut s’imaginer aussi que l’association « Gaart an Heem
Gemeng Fëschbech » puisse être impliquée dans le projet concernant ce volet. En plus,
cette association pourrait aussi contribuer d’une autre manière au projet en discutant avec
ses membres de l’opportunité de l’installation de ruches dans leurs jardins.

Il est évident que la CEQV propose d’organiser, sur le plan pratique, cette soirée si les
autorités communales le désirent.

Finalement, cette soirée devrait aussi pouvoir susciter l’intérêt de personnes voulant
éventuellement devenir apiculteur. Si un tel intérêt se manifestait, la CEQV serait d’accord à
jouer un rôle de facilitateur pour promouvoir ce canal (contacts, formation, etc.).
Aussi la CEQV demande-t-elle l’accord de principe des autorités communales pour continuer
ce projet selon les orientations proposées, toute suggestion et tout élargissement éventuel
du projet étant évidemment les bienvenus. Par ailleurs, la CEQV demande également que
des critiques éventuelles soient formulées avant d’en faire l’analyse et d’augmenter ainsi la
faisabilité et la viabilité du projet, en évitant des erreurs inutiles.

La CEQV saluerait une prise de position écrite à sa proposition avant de continuer à
s’investir dans le projet (éviter un dérapage comme dans le cadre de la photovoltaïque).

Avec nos meilleures salutations,

la commission de l’environnement et de la qualité de vie
de la Commune de Fischbach, le 5 mars 2015

P.S. en attach, plan des sites proposés et proposition de conv

Aucun commentaire:

Publier un commentaire